Où nous situons nous ?

Dans la région Aquitaine, Les Peintures est un village rural français, du département de la Gironde aux confins de La Dordogne et de La Charente Maritime. Il est situé sur la route départementale 674 entre Libourne et Angoulême à 4 kilomètres au nord de Coutras, chef lieu de canton dont il fait partie.

Il est l’une des 34 communes de la communauté d’agglomération du Libournais (La Cali : 34 communes, 70 000 habitants et 456 km²). Il est entouré par les communes de Chamadelle, Coutras, Lagorce, Le Fieu et Les Eglisottes-et-Chalaures.
La commune s'étend sur 13,1 km² et compte 1 608 habitants depuis le dernier recensement. La densité moyenne de la population est de 122,5 habitants par km². Les Peintures a connu une nette hausse de sa population, (+ 34,3% par rapport à 1999).

Située à une altitude moyenne de 18 mètres la commune de Les Peintures est traversée par La Dronne qui se jette dans l’Isle à Coutras

La commune de Les Peintures a une vocation agricole. La viticulture et la production laitière sont ses deux principales activités. (voir l’onglet « Notre agriculture »)

Monsieur Jacques MESPLEDE, maire de Les Peintures a été élu une première fois en 2008 et réélu en 2014.

Ses habitants sont appelés les Peinturaudes et les Peinturauds.

L’église Saint Vincent, les calvaires, les lavoirs . . . constituent le patrimoine architectural de la commune ; (voir l’onglet « Patrimoine culturel »)

   Lavoir                                             Calvaire sablon 

 

 

Origine du nom

La forme ancienne, Picturis, du XIIème au XIVème siècle, dériverait du latin populaire Pincturus, "qui est peint" "orné" pour désigner l'endroit "aux peints", mais la tradition rapporte que les habitants sont appelés "ventres rouges" car, à l'époque romaine, ils se coloraient le buste en rouge ; à moins qu'il ne faille se rapprocher du gaulois pictillus, qui s'applique à un individu et qui signifie "petit Picte".

Historique

Le long de la Dronne, à la jonction de voies romaines, la commune est encadrée par les "Gués de Sablons et de Sénac".

Les vestiges mis au jour : les gués aménagés, des restes de mosaïques d'une villa gallo-romaine, découverte en 1885, attestent d'une présence humaine très ancienne.