C'est sous la pluie, mais devant un auditoire attentif que s’est déroulée la cérémonie de commémoration du 8 mai 1945.

 22A7039 1 bd

Après le discours de M. Battiston, 1er adjoint délégué,

 

 22A7021 ret bd
 
Enfants et élus ont déposé des gerbes de fleurs au pied du monument aux mort,
 
 22A7029 ret bd
 

Alors que les chanteuses de «  l'association Cocktail Mélodic » interprétaient La Marseillaise a cappella.

Les Peintures 8 5 19 bd

 

 

Discours de M. Battiston :

« La guerre est gagnée. Voici la victoire. C’est la victoire des Nations Unies et c’est la victoire de la France. L’ennemi allemand vient de capituler devant les armées alliées de l’Ouest et de l’Est. » Tels furent les premiers mots de l’allocution radiophonique du Général de Gaulle le 8 mai 1945.

En ce jour, nous célébrons donc la fin d'une terrible guerre, une victoire, la mémoire des victimes.

Aujourd’hui, nous commémorons ensemble le 74ème anniversaire de la victoire des Alliés, de la victoire de la France.

Je pense qu’il est également important, en ce jour, de célébrer l’espoir. Nous nous devons de rendre hommage à ces hommes et ces femmes qui se sont battus, qui n’ont jamais baissé les bras. Ils croyaient en un monde meilleur, en un monde plus juste, un monde plus libre. Militaires et civils, tous se sont rassemblés pour lutter pour la liberté.

C’est une guerre qui a marqué les esprits par la barbarie qui la caractérisa.

Ce sont 6 millions de Juifs qui ont ainsi péri dans des conditions abominables.

A la fin de la guerre, le monde découvre l’ampleur du génocide commis dans les camps de concentration et dans les ghettos.

Le bilan est lourd : entre 50 et 60 millions de morts. Des morts qui n’ont pas été vaines.

Ce 8 mai nous rappelle que la Paix, la Liberté, le respect d’autrui sont des combats de tous les jours. Nous nous devons, nous citoyens, de ne jamais baisser les bras. De nous souvenir de ces hommes et femmes, de la résistance des anonymes, des passeurs de frontières, les « sauveurs de Juifs », les « Justes » et bien d’autres encore. Tous ont œuvré pour la Paix.

La devise de notre Nation fait alors écho dans ma mémoire : Liberté, Egalité, Fraternité. Tous ces hommes, toutes ces femmes, en sont un exemple. Tâchons de nous en souvenir afin de ne pas perpétuer les erreurs du passé. Afin de, chacun à notre échelle, continuer à mener le combat pour nos valeurs.

Comme le disait le philosophe allemand Arthur Schopenhauer, « l’Histoire est au peuple ce que la Conscience est pour un homme. Un peuple qui oublie son histoire est un homme qui perd sa conscience ». Aussi, pour ne pas perdre cette conscience, nous devons nous souvenir aujourd’hui, demain, toujours, de ce que signifie ce 8 mai 1945.